Le Rêve de Norinia – France

Association Loi 1901 reconnue d’intérêt général,

Vous propose de participer

à un projet unique au monde dont notre 

620:356:

Découvrez la petite histoire du cirque dans la grande histoire

à travers différentes époques et personnages

L’envers du décor accessible pour la première fois au public de façon ludiqueQui n’a pas rêver, d’être pour un soir, dompteur, jongleur, mais aussi monteur ?
Par des petites tranches de vie des personnages, nous proposons de connaître ou en tout cas d’en savoir plus sur l’origine du cirque, du plus loin que l’on puisse remonter dans le temps.
Avec « La Prod est dans le pré », spécialiste dans la création de « Scénovision » vivez une expérience exceptionnelle en devenant « spectateurs » grâce à des projections en relief, aux décors, à l’odorama, etc….  à travers plusieurs espaces aux décors magiques. Spectacle original où se mêle la lumière, le son, les effets qui vous transporte dans l’histoire d’un art qui n’a pas fini de vous surprendre. 
Beaucoup d’émotion au rendez-vous durant ce partage de tranche de vie d’hier et d’aujourd’hui. Une façon plutôt intéressante et ludique pour découvrir la vie du cirque à travers les temps. 
En plus des différentes salles du « Scénovision », « le Musée des Cirques » permet de découvrir les costumes, le matériel de cirque utilisé pour les numéros, les miniatures des véhicules du cirque (anciens et nouveaux), les œuvres de Pierre Treilhes, artiste qui les réalise à partir de matériels de récupération, les affiches, les programmes, etc, 
Grâce au chapiteau, nous ferons de l’initiation au cirque avec des artistes reconnus sous forme de stage.  Mais également des conférences, séminaires etc, il permet aussi d’accueillir entre autres les enfants des écoles qui après avoir découvert le « Scénovision » sont sensibilisés aux différents handicaps. 
L’hébergements sur le thème du cirque permet de passer une ou plusieurs nuits sur place. La restauration rapide et « La Boutique » permet de repartir avec un souvenir ou des produits régionaux. 
Pas besoin de connaître le sujet du « Scénovision » pour y assister. Ce « Scénovision » est un parcours spectacle scénarisé plus ludique que le musée qui fait appel aux nouvelles technologies et grâce à différents personnages à une mise en scène du passé et du présent. Il permet la conservation et la préservation du patrimoine ou/et des costumes, matériels de cirque et autres.
Dans notre Scénovision le visiteur est acteur de sa visite à la différence d’un musée ou le visiteur reçoit surtout des informations (guide ou audio-guide).
Ce Scénovision, par son côté innovant et culturel, valorise en plus du village de La Fontaine Saint Martin, les villages et villes aux alentours grâce à des partenariats, mais en plus valorise la Communauté de Commune du Pays Fléchois, d’Agglomération et la Région. 

Sans oublié pour ce projet collectif :

- le Village de La Fontaine Saint Martin à qui le projet a été présenté (sans détails) au Conseil Municipal et validé par une délibération

Concernant le projet « AuScénoCirque »

PARCOURS DE VISITE 

Une conception unique du spectacle

C’est histoire d’amour entre les artistes de cirque et le public que l’on se propose de célébrer ici

Nous racontons une histoire en 5 chapitres

Chapitre 1

Sur la place d’un village français, un peu hors du temps, un village de toujours, les circassiens ont installé leurs tréteaux, ils sont en train de dresser leur estrade et tendre leur calicot, comme dans la chanson d’Aznavour.
La voix d’une petite fille de dix douze ans, nous accueille : elle est très heureuse de nous voir, nous les spectateurs, parce que le cirque, les artistes, nous explique-t-elle, n’existent qu’à travers le regard du public, et parce que le public « est comme notre famille ».
Une autre voix se fait entendre et appelle : « Norinia !… Norinia ! – Viens nous aider à monter le chapiteau ! »
Cette petite fille va nous guider dans notre périple poétique dans le ventre du cirque. Et elle a beau être jeune, chacun met la main à la pâte dans le montage du chapiteau. Au rythme des maillets qui frappent les pinces, elle va nous raconter la grande histoire du cirque.

L’HISTOIRE

Et pour cela, elle a besoin d’aide, elle décide nous présenter Agapinou, son meilleur ami mâle. Il saura forcément des choses qu’elle ignore. Comment ça c’est impossible un cheval qui parle ? Le cirque c’est le monde du rêve ou pas ?… alors tout est possible. Un dialogue s’installe entre la petite Norinia et le cheval. Le chapiteau s’élève enfin. Magique !
Mais, pendant que le chapiteau se monte, la vie du cirque continue, et la cloche de l’école retentit…
Alors Norinia nous demande de la suivre, elle est aujourd’hui dispensée de montage de chapiteau puisque nous sommes là, son père lui permet de rester avec nous et de passer du village des habitants au village des artistes, de l’autre côté du miroir.

Chapitre 2

Dans ce deuxième espace, des caravanes sont parfaitement alignées. L’une des caravanes, c’est son école – un cirque c’est une petite ville qui se déplace sans cesse – une autre, sa maison. Elle et le cheval nous racontent la vie quotidienne des artistes et des animaux, mais aussi celle de la caissière, du photographe, de Monsieur Loyal et des enfants qui suivent leurs parents dans l’aventure. A travers les fenêtres de la roulotte passent les saisons. La neige, la pluie, le soleil, la nuit étoilée font scintiller les montagnes, les mers et les forêts. C’est la vie nomade du Cirque, les saltimbanques voyageurs qui risquent leur vie pour notre émerveillement parcourent toutes les routes de France et de Navarre… tout en s’instruisant bien sûr.

Chapitre 3

Puis, Norinia nous fait pénétrer dans la loge du clown. Elle adore le voir se maquiller, se transformer d’être humain ordinaire… en ce personnage fantastique qui la fait tant rêver et rire. Au milieu des attributs géants du pitre, et de son bric à brac d’accessoires et d’instruments de musique, elle nous conte l’histoire des clowns et de leur art si particulier de troubadours féeriques qui peuvent nous faire autant pleurer que rire.
Et qu’y a-t-il de particulier chez un clown ? Nous allons tout savoir sur l’auguste et le clown blanc. Le cheval essaie un peu, lui aussi, de faire le clown, mais son humour n’est pas très convainquant.

Chapitre 4

C’est alors que, nous entraînant un peu plus loin, la petite Norinia nous demande de ne pas faire de bruit. Elle veut bien nous montrer les acrobates en répétition mais il faut faire silence. Ce qu’ils font, au trapèze, sur la corde ou au sol est trés dangereux et ils doivent absolument rester concentrés. Nous retenons notre souffle devant cet entraînement en 3D. C’est aussi cela, le cirque : le passage en quelques secondes du rire à l’effroi. Que de sueur dépensée, que de risques pris, que de travail quotidien pour nous offrir ce beau spectacle, le jour de la représentation. Ça fait vingt cinq ans que le cheval voit ces entraînements, mais ça lui fait toujours aussi peur de voir les trapézistes s’envoler. 

Chapitre 5

Et les animaux d’ailleurs ? Eux aussi ils travaillent, eux aussi sont des artistes. En tout cas dans ce cirque, c’est ainsi qu’on les considère et les traite. Nous sommes un peu aveuglés par l’éclairage de la piste, et nous nous rendons compte que nous sommes assis sur des praticables à fauves. Tigres, lions, les fameuses panthères de Georgika, chameaux, lamas, ragondins, éléphants… et chevaux sont autour de nous aussi, en dehors de la cage ! Notre ami équin est dans son élément. Il faut même le calmer pour qu’il reprenne son souffle tant il a de choses à nous dire. Nous voyons progressivement apparaître les barreaux de la cage aux fauves. Nous sommes à la place des lions, à la place du dompteur…et tout autour de nous le public applaudit à tout rompre autant que les animaux rugissent, hennissent et barrissent. 
NOUS SOMMES dans le spectacle qui bat son plein. NOUS SOMMES LE SPECTACLE ! La musique commence, le public et les animaux font silence : le numéro de domptages peut naître. Sur des animaux de taille réelle, nous admirons des projections de prodigieux exploits de ces merveilleux artistes ; les bêtes de scènes ! Un envol de colombe fera tomber les barreaux et libérera les spectateurs à la fin du numéro. La musique part au loin comme une ritournelle papillonnant vers d’autres matins.
Il est temps de démonter le chapiteau. Le cirque est déjà en partance pour une autre ville et de nouvelles aventures. Norinia nous invite à la quitter avec douceur. Agpinou et elle promettent de revenir l’année prochaine, ils seront là, « promis, craché » car, sans nous, ils ne peuvent exister. 

image001

« AuScénoCirque »

Laisser un commentaire