Category Archives: Archives

« Aux Cirques »

« Aux Cirques »

Le Rêve de Norinia – France

Association Loi 1901 reconnue d’intérêt général,

Vous propose de participer

à un projet unique au monde dont notre 

620:356:

Découvrez la petite histoire du cirque dans la grande histoire

à travers différentes époques et personnages

L’envers du décor accessible pour la première fois au public de façon ludiqueQui n’a pas rêver, d’être pour un soir, dompteur, jongleur, mais aussi monteur ?
Par des petites tranches de vie des personnages, nous proposons de connaître ou en tout cas d’en savoir plus sur l’origine du cirque, du plus loin que l’on puisse remonter dans le temps.
Avec « La Prod est dans le pré », spécialiste dans la création de « Scénovision » vivez une expérience exceptionnelle en devenant « spectateurs » grâce à des projections en relief, aux décors, à l’odorama, etc….  à travers plusieurs espaces aux décors magiques. Spectacle original où se mêle la lumière, le son, les effets qui vous transporte dans l’histoire d’un art qui n’a pas fini de vous surprendre. 
Beaucoup d’émotion au rendez-vous durant ce partage de tranche de vie d’hier et d’aujourd’hui. Une façon plutôt intéressante et ludique pour découvrir la vie du cirque à travers les temps. 
En plus des différentes salles du « Scénovision », « le Musée des Cirques » permet de découvrir les costumes, le matériel de cirque utilisé pour les numéros, les miniatures des véhicules du cirque (anciens et nouveaux), les œuvres de Pierre Treilhes, artiste qui les réalise à partir de matériels de récupération, les affiches, les programmes, etc, 
Grâce au chapiteau, nous ferons de l’initiation au cirque avec des artistes reconnus sous forme de stage.  Mais également des conférences, séminaires etc, il permet aussi d’accueillir entre autres les enfants des écoles qui après avoir découvert le « Scénovision » sont sensibilisés aux différents handicaps. 
L’hébergements sur le thème du cirque permet de passer une ou plusieurs nuits sur place. La restauration rapide et « La Boutique » permet de repartir avec un souvenir ou des produits régionaux. 
Pas besoin de connaître le sujet du « Scénovision » pour y assister. Ce « Scénovision » est un parcours spectacle scénarisé plus ludique que le musée qui fait appel aux nouvelles technologies et grâce à différents personnages à une mise en scène du passé et du présent. Il permet la conservation et la préservation du patrimoine ou/et des costumes, matériels de cirque et autres.
Dans notre Scénovision le visiteur est acteur de sa visite à la différence d’un musée ou le visiteur reçoit surtout des informations (guide ou audio-guide).
Ce Scénovision, par son côté innovant et culturel, valorise en plus du village de La Fontaine Saint Martin, les villages et villes aux alentours grâce à des partenariats, mais en plus valorise la Communauté de Commune du Pays Fléchois, d’Agglomération et la Région. 

Sans oublié pour ce projet collectif :

- le Village de La Fontaine Saint Martin à qui le projet a été présenté (sans détails) au Conseil Municipal et validé par une délibération

Concernant le projet « AuScénoCirque »

PARCOURS DE VISITE 

Une conception unique du spectacle

C’est histoire d’amour entre les artistes de cirque et le public que l’on se propose de célébrer ici

Nous racontons une histoire en 5 chapitres

Chapitre 1

Sur la place d’un village français, un peu hors du temps, un village de toujours, les circassiens ont installé leurs tréteaux, ils sont en train de dresser leur estrade et tendre leur calicot, comme dans la chanson d’Aznavour.
La voix d’une petite fille de dix douze ans, nous accueille : elle est très heureuse de nous voir, nous les spectateurs, parce que le cirque, les artistes, nous explique-t-elle, n’existent qu’à travers le regard du public, et parce que le public « est comme notre famille ».
Une autre voix se fait entendre et appelle : « Norinia !… Norinia ! – Viens nous aider à monter le chapiteau ! »
Cette petite fille va nous guider dans notre périple poétique dans le ventre du cirque. Et elle a beau être jeune, chacun met la main à la pâte dans le montage du chapiteau. Au rythme des maillets qui frappent les pinces, elle va nous raconter la grande histoire du cirque.

L’HISTOIRE

Et pour cela, elle a besoin d’aide, elle décide nous présenter Agapinou, son meilleur ami mâle. Il saura forcément des choses qu’elle ignore. Comment ça c’est impossible un cheval qui parle ? Le cirque c’est le monde du rêve ou pas ?… alors tout est possible. Un dialogue s’installe entre la petite Norinia et le cheval. Le chapiteau s’élève enfin. Magique !
Mais, pendant que le chapiteau se monte, la vie du cirque continue, et la cloche de l’école retentit…
Alors Norinia nous demande de la suivre, elle est aujourd’hui dispensée de montage de chapiteau puisque nous sommes là, son père lui permet de rester avec nous et de passer du village des habitants au village des artistes, de l’autre côté du miroir.

Chapitre 2

Dans ce deuxième espace, des caravanes sont parfaitement alignées. L’une des caravanes, c’est son école – un cirque c’est une petite ville qui se déplace sans cesse – une autre, sa maison. Elle et le cheval nous racontent la vie quotidienne des artistes et des animaux, mais aussi celle de la caissière, du photographe, de Monsieur Loyal et des enfants qui suivent leurs parents dans l’aventure. A travers les fenêtres de la roulotte passent les saisons. La neige, la pluie, le soleil, la nuit étoilée font scintiller les montagnes, les mers et les forêts. C’est la vie nomade du Cirque, les saltimbanques voyageurs qui risquent leur vie pour notre émerveillement parcourent toutes les routes de France et de Navarre… tout en s’instruisant bien sûr.

Chapitre 3

Puis, Norinia nous fait pénétrer dans la loge du clown. Elle adore le voir se maquiller, se transformer d’être humain ordinaire… en ce personnage fantastique qui la fait tant rêver et rire. Au milieu des attributs géants du pitre, et de son bric à brac d’accessoires et d’instruments de musique, elle nous conte l’histoire des clowns et de leur art si particulier de troubadours féeriques qui peuvent nous faire autant pleurer que rire.
Et qu’y a-t-il de particulier chez un clown ? Nous allons tout savoir sur l’auguste et le clown blanc. Le cheval essaie un peu, lui aussi, de faire le clown, mais son humour n’est pas très convainquant.

Chapitre 4

C’est alors que, nous entraînant un peu plus loin, la petite Norinia nous demande de ne pas faire de bruit. Elle veut bien nous montrer les acrobates en répétition mais il faut faire silence. Ce qu’ils font, au trapèze, sur la corde ou au sol est trés dangereux et ils doivent absolument rester concentrés. Nous retenons notre souffle devant cet entraînement en 3D. C’est aussi cela, le cirque : le passage en quelques secondes du rire à l’effroi. Que de sueur dépensée, que de risques pris, que de travail quotidien pour nous offrir ce beau spectacle, le jour de la représentation. Ça fait vingt cinq ans que le cheval voit ces entraînements, mais ça lui fait toujours aussi peur de voir les trapézistes s’envoler. 

Chapitre 5

Et les animaux d’ailleurs ? Eux aussi ils travaillent, eux aussi sont des artistes. En tout cas dans ce cirque, c’est ainsi qu’on les considère et les traite. Nous sommes un peu aveuglés par l’éclairage de la piste, et nous nous rendons compte que nous sommes assis sur des praticables à fauves. Tigres, lions, les fameuses panthères de Georgika, chameaux, lamas, ragondins, éléphants… et chevaux sont autour de nous aussi, en dehors de la cage ! Notre ami équin est dans son élément. Il faut même le calmer pour qu’il reprenne son souffle tant il a de choses à nous dire. Nous voyons progressivement apparaître les barreaux de la cage aux fauves. Nous sommes à la place des lions, à la place du dompteur…et tout autour de nous le public applaudit à tout rompre autant que les animaux rugissent, hennissent et barrissent. 
NOUS SOMMES dans le spectacle qui bat son plein. NOUS SOMMES LE SPECTACLE ! La musique commence, le public et les animaux font silence : le numéro de domptages peut naître. Sur des animaux de taille réelle, nous admirons des projections de prodigieux exploits de ces merveilleux artistes ; les bêtes de scènes ! Un envol de colombe fera tomber les barreaux et libérera les spectateurs à la fin du numéro. La musique part au loin comme une ritournelle papillonnant vers d’autres matins.
Il est temps de démonter le chapiteau. Le cirque est déjà en partance pour une autre ville et de nouvelles aventures. Norinia nous invite à la quitter avec douceur. Agpinou et elle promettent de revenir l’année prochaine, ils seront là, « promis, craché » car, sans nous, ils ne peuvent exister. 

image001

« AuScénoCirque »

2013

2013

 

« Zoé fait son cirque » notre spectacle du 3 juin sous le chapiteau

du cirque Arlette Gruss à Strasbourg

 affiche francaise mail

Dernières Nouvelles d’Alsace

Édition régionale du dimanche 2 juin 2013

Juin 2013dna

DSC03567

dsc03565

Voici des messages qui nous vont droit au cœur.
Celui de Eric Taquet : président de l’association Canopée  (leur vœu le plus cher est de permettre aux déficients visuels et auditifs d’aller au cinéma ou au spectacle le jour et à la séance qui leur conviennent)
— Le Cirque : Début juin, à la demande de la présidente Aby de l’association « Le Rêve De Norinia », je suis allé à Strasbourg comme prévu ; le spectacle sous chapiteau était bien réel et réalisé par différents groupes de jeunes des institutions de la région, en situation de handicap divers ! Que du bonheur ! J’y étais invité afin de tester l’audiodescription « live » sur site (un chapiteau de cirque) ce qui fut sans difficultés ; de convaincre le directeur du cirque Gilbert Gruss de l’absence d’impact technique sur le déroulement du spectacle et de permettre à Aby de s’essayer à l’audiodescription au micro !

5912_10151549134537737_708641471_nDSC03505

Celui de David Canevet (responsable matériel de l’asso), plutôt ceux de David, car il y en a deux. Et celui de Thierry Grejon (l’instituteur des enfants du cirque). Il y en a d’autres que je partagerai avec vous demain.
Pour chaque message, je fais du « copier coller », je ne change rien même pas une lettre.
David Canévet
1er message : Super spectacle. Un public en feu, des acteurs magiques et le curseur bonheur à 1000%. Ca fait du bien !! Et je pourrais dire « J’y étais !!! »
2ème message : Ca fait 2 jours que le spectacle est fini et j’y pense une dizaine de fois par jours. C’était une telle vague d’optimiste et de bonheur que j’ai l’impression d’être sur un nuage et de ne pas en être descendu. Un bonheur simple mais qu’est ce que ça fait du bien. Ca donne de l’énergie … pour déplacer des montagnes. Là ils n’ont pas fait que déplacer des montagnes ils les ont retournés. J’ai kiffé GRAVE et tout ce que je croise et qui été au spectacle sont dans le même état de plénitude et les autres ne peuvent pas comprendre. MERCI pour ça.

DSC03568

Thierry Grejon : Merci à tous pour votre dévouement, c’était tout simplement MAGIQUE !!!!

DSC03430

Bonjour tout le monde, quelle aventure hier sous le chapiteau du cirque Arlette Gruss.
J’ai retrouvé toute mes couleurs, j’avais tous mes amis avec moi sur la piste. Un moment magique, plein de tendresse de douceur, de rythme, de musique, de danse… je ne sais même plus quoi dire tellement c’était fort en émotion.
Tous ceux qui étaient présent comprendrons ce que je ressens. Merci à tous pour ce que je viens de vivre.
Zoé

DSC03471

Répétition du spectacle du 22 mai 2013

de « Zoé fait son cirque »

 repetion 22 mai 2013 zoe fait son cirque

Zoé fait son cirque », avec une soixantaine d’artiste en herbe sur la piste du Cirque Arlette Gruss , sans oublier tous ceux, qui de prés ou de loin, les accompagnent.
Participent à ce projet, le centre Harthouse avec l’IMP pro et le secteur adulte Picasso, les Maisons d’Enfants Louise de Marillac à Schiltigheim, l’IMP/SESSAD Les Glycines à Haguenau. 
Comme l’année dernière, des étudiants de l’IUT s’occupent de la communication.
Le jour du spectacle, une représentation l’après midi est réservée aux élèves des écoles de Strasbourg et des environs.

repetition zoe fait son cirque du d2 mai 2013

 20121018_102954


——————————————–

Voici un extrait du message aux jeunes de l’IUT de Haguenau de Monsieur Devaux (le directeur) :
Bonsoir Jeunes Gens, Mme Behal m’a informé récemment que notre Agapinou se sentait seul, triste et abandonné depuis le 22 juin dernier. Ayant moi-même définitivement « craqué » pour ce cheval et les valeurs qu’il représente, j’ai décidé de l’adopter.
Je l’hébergerai provisoirement dans mon bureau dans l’attente éventuelle d’un espace plus approprié. Dans tous les cas, j’espère que vous lui réserverez l’accueil qu’il mérite.

Le groupe de jeunes de l’IUT

dscf7679

Agapinou en compagnie de Mr DEVAUX, le directeur de l’IUT, Madame Behal 

agapinou_jc 1

agapinou_sophie 

 —————————————————-

Remise du prix de la Fondation SNCF

Le 10 Janvier 2013, notre association s’est vue décerner, le prix de la fondation SNCF.
Prix remis pour la présentation du conte écrit par AbyGaëlle, «Voyage au Pays de Ma Nonkak», sur une musique de J’hel, en théâtre d’ombres, en Juin 2012 à la MAC Robert Lieb de Bischwiller par, le centre de Harthouse, les Glycines de Haguenau et La Maison Louise de Marillac de Schiltigheim.
Merci à Mme Anton (correspondante pour la Fondation SNCF) qui a cru au projet et nous a apporté son soutien durant cette belle aventure.

 fondation sncf

Membres fondateurs

Membres fondateurs
Membres fondateurs

Les membres fondateurs

Présidente et créatrice artistique : AbyGaëlle

AbyGaëlle sensibilisée depuis son enfance aux handicapés et aujourd’hui en situation de handicap invisible, participe à la création des différents projets.

Parallèlement, elle reverse à l’association, tous les bénéfices et droits d’auteur de son CD « Voyage au Pays de Ma Nonkak« , conte musical, des cartes postales etc, et continue d’écrire la suite du conte et des textes pour nos futurs spectacles..

Présidente d’honneur : Nora Gruss

Nora travaille au cirque et son rêve serait de faire, un jour, un numéro sur la piste.

AbyGaëlle lui a proposé de créer l’association « Le Rêve De Norinia ».

 

banderole-3m texte