Premier retour de notre spectacle

« Zoé fait son cirque »

du 3 juin 2013 sous le chapiteau

du cirque Arlette Gruss

Voici deux retour pour notre spectacle « Zoé fait son cirque » qui nous donne particulièrement envie de continuer notre chemin avec de nouveaux projets.

Celui de deux personnes travaillant au cirque Arlette Gruss : Pepé, le clown du cirque de cette année et Pascal qui tous deux connaissent très bien ce milieu.

Pepe Silva Rodriguez (Espagnol)

 

A toutes et touts que il sont fait possible le spectacle de hier soir, avec « Le Rêve de Noriña »
Je voulez vous remercier; j’ai pris un plein des émotions. C’était beaux voir les artistes et le public ( avec des yeux autan ouvert que le cœur ) Cet soir ça va être un honneur travailler dans cet piste; pleine de une aussi belle énergie !

 

Pascal Edelstein

Je voulais dire un grand bravo aux enfants et personnes qui ont participé au spectacle du rêve de norinia. En les regardant cet après midi, je voyais leurs dévouements, leurs joies, leurs sourires! J’en ai vraiment eu les larmes aux yeux! Je me suis dis : putain on se prend parfois la tête pour rien, pour des conneries vraiment sans importance et que ces artistes d’un soir, pour moi, nous ont donné une belle leçon de vie.

Bien sur cela vient du coeur……. Merci de la part de toute l’équipe pour ces messages.

Magnifique photo de Flo

 Premier retour de notre spectacle

« Voyage au Pays de Ma Nonkak »

conte musical

d’AbyGaëlle sur une musique de J’hel

du 22 juin 2012 à la Mac de Bischwiller

Bruno Agati (Chorégraphe et metteur en scène de nombreux spectacles : Zapping, Carmen Stade de France, Sylvie Joly, Ali Baba, Ma plus belle histoire d’amour, Johnny halliday Tour Eiffel…….). 

SUPERBE !!!!!  BRAVO.  TRES HEUREUX DE VOIR CA.  KEL BELLE REALISATION. 

GAGNE LA VICTOIRE !!!

BRAVO.

Christophe du « Théâtre des Ombres » de Toulouse

Bonjour Aby,

Super le montage vidéo. Je vois que tu t’es bien approprié la technique des ombres et que les enfants ont su créer de nouvelles ambiances.

Bravo et continue surtout !

Christophe

http://www.theatredesombres.com/

 

Claude Courrieu

Bonsoir,

Bravo pour cette très jolie et émouvante vidéo ; j’en ai profité pour cliquer sur plusieurs autres titres (sous le chapiteau du cirque Arlette Gruss notamment), et j’ai découvert tout un monde que je ne connaissais pas ; tous ces jeunes handicapés ont beaucoup de mérite ; ils se battent contre l’adversité avec beaucoup de talent et de détermination et cela fait chaud au cœur de les voir à l’œuvre.

Mais tous ceux qui les soutiennent et les aident, ont beaucoup de générosité et de courage aussi ; ils méritent un grand coup de chapeau et une grande considération de la société.

Bravo donc aussi, pour votre engagement associatif.

Claude.

Edith vandenberghe

Félicitations Aby! c’est un bel engagement de ta part et de toute ton équipe qui doit certainement en épanouir plus d’un.

Je ne peux que vous engager à continuer.

Bon courage

Edith

 

Témoignage de Martine éducatrice à Harthouse.

Ce matin (le 27 juin), en arrivant au centre, les enfants sont tous partis vers la salle polyvalente.

Les éducateurs leurs ont demandé ce qu’ils allaient faire là-bas. Ils leurs ont répondu : « nous allons répéter le spectacle ». Un éducateur leurs a répondu : « mais il n’y a plus de répétitions, le spectacle est passé ».

Les jeunes ne se sont pas laissés démonter. L’un d’entre eux a attrapé le CD, l’a mis en route, et tous ont dansé et chanté. Impossible de les arrêter….

 

Bilan de la représentation du conte

« Voyage au Pays de Ma Nonkak »

conte musical d’AbyGaëlle sur une musique de J’hel

donnée à Lille le mercredi 30 mars 2011

sous le chapiteau du cirque Arlette Gruss

Texte de Christophe du Théâtre des Ombres

But du projet

Ma compréhension des objectifs du projet initié par Aby Gaëlle et Nora Gruss est de proposer et d’offrir au plus grand nombre de personnes handicapées (enfants et adultes) la possibilité d’être un moment les acteurs d’un moment privilégié, d’être au centre de l’attention d’un public au sein même d’une enceinte prestigieuse. Cette démarche permet d’espérer que les personnes concernées, que leur entourage et leur famille auront un nouveau regard sur le rapprochement possible entre le monde du handicap et le monde du spectacle.

En ce sens, j’ai le sentiment que la représentation du mercredi 30 mars a contribué à faire évoluer ce regard.

Pour le cirque Arlette Gruss

Le cirque en général et celui d’Arlette Gruss en particulier est le lieu de la performance, de la précision, de l’exigence et de l’émotion. Aussi, dans ce cadre prestigieux qui rassemble ordinairement toutes ces qualités d’exception, offrir au monde de la fragilité, de la faiblesse, de l’imperfection l’écrin de sa piste est un acte très fort qui ne peux rejaillir que très positivement sur l’image du cirque.

Il y a bien sûr un point sur lequel ces deux mondes se rejoignent c’est celui de l’émotion. Mercredi après-midi, que ce soit à l’intérieur de la toile ou à l’extérieur sur les gradins, nous avons tous ressenti cette émotion partagée.

Je n’oublierai pas de si tôt, alors que j’étais entrain de ranger les lampes et les câbles, l’arrivée d’un des ‘danseurs’ auprès de moi me prendre la main, rire et pleurer à la fois. Nous sommes restés près d’une minute dans les bras l’un de l’autre.

Sur le spectacle

Le spectacle à mon sens était un prétexte pour permettre aux personnes volontaires d’être acteurs de la préparation et de la réalisation de l’événement qui s’est produit sous le chapiteau.

Néanmoins, il fallait que cet événement ait une forme. Au départ il y a le conte Ma Nonkak d’Aby. L’idée d’accompagner l’écoute de celui-ci avec une forme de jeu d’ombres et lumières m’a parue faisable et même intéressante.

Le dispositif scénique constitué d’une toile de soie de 5,40 m de haut faisant tout le tour de la piste du cirque était à mon sens très spectaculaire et bien adaptée aux circonstances. Cette colonne fragile de toile fine et de lumière diffuse constituait notamment pour les acteurs un lieu protecteur. A l’intérieur de cette enceinte, tous se sentaient rassurés ce qui est primordial pour qui n’a pas forcément l’habitude d’être sur scène devant un public.

Le jeu des ombres et de lumières devait rester simple et accessible aux acteurs du projet. Il ne devait pas être nécessaire de maîtriser une manipulation complexe, le nombre de répétitions en situation étant forcément limité.

Le spectacle d’ombres doit rester une forme d’évocation du conte, il ne peut pas se substituer à lui. Le but était de créer une ambiance, une proposition visuelle qui accompagne la narration.

L’apport des danseurs et de leur chorégraphie a été important : ils ont créé par leur nombre et leur énergie un support essentiel aux jeux des silhouettes découpées.

La procession des acteurs à l’extérieur est un moment plein d’émotion.

La descente de la toile à la fin du spectacle est un très joli moment à conserver.

Texte de Christophe D. responsable d’une des structures impliquées dans le projet 

« Bonjour Aby, Je tiens encore à te remercier de nous avoir entrainés dans ce projet un peu fou !!! il faut bien le dire.
Les enfants, les familles et les professionnels ont été bluffés par l’ampleur du résultat. » 

Photo : Christophe du Théâtre des Ombres de Toulouse

Merci au cirque Arlette Gruss d’avoir permis cette réalisation

Et à J’hel pour la composition de la musique

Laisser un commentaire